Saint Nizier du Moucherotte dimanche 14 juillet. L’ASPTT Dijon est bien représentée : Olivier et Françoise avec deux de leurs enfants ont fait aussi le déplacement pour cette marche de 28 km et près de 1000 mètres de dénivelé. Mon épouse, elle, fera les 15 km au départ de Villars de Lans avec Jeanine, une amie Alsacienne. J’ai réussi à convaincre mon fils, Jérôme, de faire cette marche de l'Euronordic Walk avec moi.

Je retrouve Xavier, Accompagnateur En Montagne (AEM), rencontré cet hiver lors d’une sortie en Chartreuse. Xavier est installé sur l’herbe, à l’ombre, avec baguette, rosette de Lyon, un Saint Félicien et une bouteille qui ne contient pas de l’eau, je vous le dit ! Je goûte à son petit blanc, avec modération, vu la chaleur qui s’annonce…. Je pense quand même que dans son « Camelback » , ce n’est pas du muscadet…

depart ligne1Savez-vous d’où vient le « Camelback », cette poche à eau bien pratique ? En 1988 se tient une course cycliste de 100 miles dans le désert texan, en plein été, le « Hotter’N Hell » (plus chaud que l’enfer). Un participant, infirmier, remplit d’eau une poche pour intraveineuse. Il la met dans une chaussette, la coud sur le dos de son maillot, passe le tuyau sur son épaule et le bloque avec une pince à linge ! Il suffisait d’y penser…

Nous faisons connaissance de Bernard, Gérard et Richard, trois sympatiques marcheurs de l’association « En marche vers la forme » à Fontainebleau, avec le bien connu Gérard Bernabé. Bernard, qui est coach de Marche Nordique, fera pratiquement toute la marche avec nous. Il a fait « la Bergamote » à Nancy où Patrick, Jean-Emmanuel et moi-même étions en mai.  

Le parcours est avalé à grande vitesse jusqu’à Lans en Vercors, où se tient le premier ravitaillement, très chaleureux, à l’ombre de l’église. Le saucisson local, le fromage « Ripioupiou » et la « Clairette de Die » sans alcool ont beaucoup de succès.

Nous redémarrons alors que le groupe partant de Lans en Vercors s’échauffe en musique. A la sortie du village, Jérôme me fait signe de ralentir… Deux gendarmettes, à cheval, font en effet des contrôles de vitesse. Nous commençons notre montée vers la Crête de la Croix de Jaume et le Pas de Bellecombe, moins vite évidemment, compte tenu de la présence de la maréchaussée…La montée est ardue mais régulière et sur un bon chemin. La chaleur de l’après-midi commence à se faire sentir. Chacun souffre en silence et les papotages se font rares au fur et à mesure que la pente s’accentue. Au deuxième ravitaillement, toujours avec la clairette, nous retrouvons Bernard qui s'était échappé dans la montée et qui nous attend.

Depuis la crête, la vue sur la chaîne des Alpes est splendide et nous effectuons quelques photos souvenir. A partir du Pas de L’Ours une belle descente d’une heure et demie, nous attend mais ce n’est pas la partie la plus facile. Gare aux chutes ! Une équipe de secouristes nous dépasse d'ailleurs rapidement. Nous les retrouvons avec un marcheur qui a fait une chute sur la tête et qui est  sous sa couverture de survie, conscient. Saluons au passage l’organisation, qui pour une première, est parfaite. Francoise et son fils nous rejoignent et nous terminerons ensemble.

La fête bat son plein à l’arrivée à Autrans avec accordéon, jeux divers et un animateur endiablé. Quelques morceaux de Ripioupiou, un dernier verre de vraie clairette, des étirements collectifs avec Arja Jalkanen Meyer et Gérard Bernabé, des échanges avec Bernard et ses équipiers, la photo officielle pour Face de Bouc, et déjà on se dit : « Sûr, on reviendra à l’Euronordic Walk ! »

Ah, dernier détail : on nous signale à l'arrivée que la clairette sans alcool, ça n'existe pas !!

La trace : http://www.visugpx.com/index.php?i=1374348931