J’avais proposé à Josiane, ce lundi soir, de découvrir la combe Souillot, près d’Ahuy,  au départ de Fontaine les Dijon. La chaleur caniculaire nous a fait changer de programme, ce parcours étant beaucoup trop ensoleillé. Nous irons donc vers un endroit plus frais, vers les cols de la Mialle et de la Torpe, près de Flavignerot. Ce village « du bout du monde » doit son appellation à un certain «Flavius» (Le Blond), un légionnaire romain.

statue liberte

Il fait en effet une chaleur caniculaire ce soir et nous n’avons pas, Josiane et moi, tous nos esprits. Dans la voiture qui nous mène à Flavignerot, Josiane se rend soudainement compte qu’elle a oublié ses bâtons ! Certes, Maxence un jour nous a accompagnés sans bâton sur plus de 20 km et, pour la « Transju Trail », les bâtons étaient seulement «vivement conseillés»... Heureusement, les bâtons de mon épouse sont dans la voiture. Ce n’est pas tout à fait la bonne taille, mais Josiane a déjà marché avec des bâtons presque aussi grands qu’elle… ils feront l’affaire ! Pour ma part, en arrivant à Flavignerot, Josiane me fait remarquer que j’ai mis mon polo à l’envers ce qui me vaudra un strip-tease « soft » sur la place de Flavignerot. 

Au fur et à mesure de la descente dans la combe de Notre Dame d’Etang, dans la verdure, la chaleur se fait moins agressive. En bas de la combe, nous laissons le chemin qui conduit au Carmel, sur la gauche, et prenons la direction du col de la Toppe, par le sentier Jean Sage (croix blanches). L’ascension de la Toppe se fait en appréciant la fraicheur des sous-bois. Nous croisons un vététiste et continuons vers le col de la Mialle, avec une bonne suée. A gauche, le col du Leuzeu et sa ferme, autrefois fortifiée et actuellement en cours de restauration par « Les amis du val de Leuzeu », nous invitent à leur rendre visite. Ce sera pour une autre fois, l’orage menace trop.

Nous croisons le GR7, sentier mythique. Hésitation : le Ballon d’Alsace, à gauche ? ou les Pyrénées, à droite ?... Finalement, nous redescendons dans le bois de la Mialle avec de très belles vues sur les collines alentour.

Surprise au bas de la combe, au carrefour qui remonte vers Flavignerot. Deux jeunes gens, un gars et une fille, sont là, manifestement pas sûrs de leur chemin. On s’approche. Ils viennent tout droit de Philadelphie aux Etats Unis et traversent la Bourgogne à pied. La fille parle assez bien le français. Ils cherchent Flavignerot où ils espèrent manger et dormir. Les possibilités de se sustenter étant plutôt rares dans ce village, nous leur indiquons le refuge de Chamerey pour le gite. Pour le couvert, je pense plutôt à Chamboeuf. Qui a dit que les américains n’aimaient pas marcher ? Bravo à ces deux jeunes gens, en tout cas !