Josiane, Jean-Emmanuel et moi avons accepté ce dimanche l’invitation de Bernard et de Gérard pour une découverte de cette belle forêt de Fontainebleau, en marche nordique.

Nous retrouvons Gérard, Bernard et Richard - rencontrés en juillet à l’Euronordic Walk- à la sortie de l’autoroute à Nemours. Rejoints par un groupe d’une douzaine d’habitués d’« En marche vers la forme », nous nous dirigeons vers la forêt qui a inspiré Chateaubriand, Flaubert, Hugo, Monet, Cézanne, Renoir...

Avec à la fois sérieux et humour, Gérard nous fait découvrir de nouveaux mouvements dans une séance d’échauffements qui sera bien utile. Placé juste à côté de lui, j’en prends un peu pour mon grade... « Je veux que les Dijonnais en aient pour leur argent !» dit-il.

Cette forêt, autrefois « forêt de Bière » (diminutif de bruyère), était réservée aux chasses royales. Des coups de feu incessants nous laissent penser que les chasseurs sont toujours là mais non, il ne s’agit que d’un club de ball-trap, à proximité. Des bruyères, nous en traversons. « Ah mais non, nous rétorquent on, ce sont des callunes ». Des quoi des callunes ? Des callunes, ignorants dijonnais, ce sont des sortes de bruyères, typiques de l’Ile de France. Ne me demandez pas la différence entre les deux...

La découverte d’une vaste étendue de sable fin, nous laisse croire un instant que nous allons nous prélasser à la plage. Gérard  nous fait vite comprendre que ce ne sera pas le cas en nous montrant « sur tribord » la première dune à gravir.

tout shuss

Nous découvrons bientôt d’étranges blocs de grès de toutes dimensions avec de surprenantes formes. Nos amis parisiens auraient ils disposé là ces éléphants, ce tyrannosaure, ce cerbère et tous ces monstres afin d'effrayer les pauvres marcheurs dijonnais ? 

Je sens de temps en temps un bâton dans mon dos m’obligeant à allonger le bras derrière. C'est Gérard ...« Tu dois toucher mon bâton, redresses toi, baisses tes épaules, lèves ta tête. .. !». Josiane, qui croit être à l’abri en se cachant derrière moi, n’en revient pas : « Tes mains, Josiane, je te vois ! » Gérard à des yeux derrière la tête !

Une belle descente sur le sable nous attend. Jean Emmanuel nous la fait "tout shuss" laisant nos collègues parisiens admiratifs.

Allez, une dernière bosse avant le punch maison promis par Gérard. Le casse-croute tiré du sac dans la bonne humeur est fort apprécié car le petit déj des dijonnais est loin. Et dire qu'à Dijon, aujourd'hui, c'est le Grand Déj...  Un petit café et Gérard commence déjà  le compte à rebours : « 5 mn avant départ, 3 minutes... ». Ca ne plaisante pas ! Enfin si, un peu quand même...

Etonnantes bosses de sable, belvédères surprenants, petites grottes, roches modelées par l’érosion et « platières » -sortes de mares temporaires -  se succèdent à nouveau. Chaque fois le paysage est différent, c’est un régal...

Tout autant touristique que technique, la marche reprend à allure raisonnable parmi chênes rouvre, hêtres, pins sylvestres,  bouleaux et châtaigniers. De temps en temps une petite bosse de sable vient taquiner un peu le cardio. « Concentrez-vous sur le bon geste et vous irez plus vite naturellement, gardez le sourire. Allez... la Banane !... ». Pas de doute,  Gérard est toujours là...

Bernard, resté en retrait jusque-là, se manifeste alors." Voyons un peu ce qu’ils valent ces dijonnais..". Il se porte à notre hauteur et vient tester les capacités de Jean-Emmanuel. Pas de vainqueur, cette fois ci ; on verra plus tard.

La séance d’étirements, après ces quatre heures de marche, est la bienvenue. C’est, pour nous trois, une découverte avec de nouveaux étirements sur toute la chaîne musculaire.

Vient l’heure de se quitter. Mais rendez-vous est pris pour notre marche bleue nordique chez les ducs de Bourgogne cette fois, à Corcelles les Monts le 20 octobre !

En tout cas un grand merci aux Bellifontains pour cette magnifique journée.

http://www.visugpx.com/?i=1379869752