Nous voici aujourd’hui dans le Jura pour une marche nordique organisée par les « Amis du Val de Morteau ». La météo nous a annoncé de la pluie, des orages, du froid. Chacun a scruté le ciel jusqu’au dernier moment. Mais les suppliques de Chantal, notre « miss Météo » envers Hélios, Chicchan, Vishnu et Saint Médard ont une fois encore marché : pas une goutte de pluie, une bonne température, pas de vent.... 

En passant devant le camping du « Cul de la Lune », nous comprenons que nous ne sommes pas loin de Morteau. Je crois reconnaitre d’ailleurs la gare de Morteau qui a servi au tournage du film « Monsieur Batignole » avec Gérard Jugnot. On y est ! 

L’ASPTT Dijon est bien représentée : Françoise, Olivier, Irène, Jacques, Corinne, Marianne, Claude, Jean-Emmanuel, Patrick, Josiane et moi. Mon épouse a fait le déplacement et nous avons covoituré Elodie, une nouvelle adepte de la marche nordique. 

Sans aucune prétention, je suis sur le parcours de 15 km chronométré, avec Françoise, Irène, Claude, Jean Emanuel, Patrick. 

Je marche bon train pendant quelques kilomètres, puis une ancienne douleur se rappelle à mon souvenir et je me calme. Je discute alors avec un bisontin qui me demande si je connais la « république du Saugeais » toute proche. Mon ignorance est vite comblée : elle est née en 1947 (excellente année !), sur le ton d’une plaisanterie entre le préfet du Doubs et un habitant de Montbenoît. Ce dernier demande au préfet s’il a son « laissez-passer » pour circuler dans la « République » du Saugeais. Le Préfet lui répond que, s’il s’agit d’une République, il faut un Président et nomme son interlocuteur Président de la République libre du Saugeais ! Et c’est le début d’une longue histoire...

A l’arrivée, chacun compare ses performances.  Sur la 15 km Patrick est quatrième et Jean Emmanuel huitième. Dijon est bien représenté ! Puis on s’empresse de récupérer son lot. Je reviens avec un beau tee-shirt et un morceau de comté très convoité par mes collègues, mais je le surveille. Elodie, chanceuse, revient avec une paire de vrais beaux bâtons de marche nordique, elle qui était partie avec de simples bâtons de randonnée ! Nul doute que nous rencontrerons Elodie sur les sentiers bourguignons, peut-être même à l’ASPTT.

Bon... les efforts ça creuse... Dirigeons nous vers le buffet où nous attend la traditionnelle saucisse de Morteau. « La Belle de Morteau », comme on dit ici, doit être fumée 48 heures au moins à la sciure de bois de résineux et genévrier exclusivement dans des cheminées pyramidales, les « tuyés ». Et pas question de prendre un cochon qui ne soit pas franc-comtois, ni engraissé traditionnellement !

A l’issue du repas, je rencontre Didier, l’un des organisateurs de cette journée. Il est ravi d’avoir réussi à faire venir autant de Bourguignons et nous assure que nous devrions avoir des Mortuaciens à notre « marche bleue nordique » du 20 octobre.

Le petit café de Josiane et les cookies de mon épouse sont bien appréciés avant de repartir vers Dijon . Sur le chemin, un petit arrêt au « Chalet Jacquet » de Morteau s’impose pour quelques emplettes : saucisse au choux, « brési » fumé, bière locale, sirop de sapin, gelée d’absinthe...  Sur le parking, l’œil avisé de Patrick remarque de suite un pneu dégonflé de la voiture de Jean-Emmanuel. Il trouvera même le fautif,  un clou, après que nous ayons roulé  jusqu’à la première aire de repos équipée d’un gonfleur...soit plus de 50 km. Ah, ils sont gonflés ces dijonnais !

 La trace : http://www.visugpx.com/?i=1380574441