Pour cet itinéraire bien connu de Patrick, je suis venu hier en reconnaissance et c’était la gadoue... Mais ce matin, fort heureusement, la terre est gelée. Patrick, Jean-Emmanuel, Laurence, Jean-Pierre, Michel, Josiane, Jérôme et moi nous retrouvons donc à Marsannay la Côte.

Les habitants de Marsannay la Côte, les mercenaciens, préfèrent se faire appeler les « Pataras ». Mais pourquoi diable ce sobriquet ?.

IMG_20131221_094420

Un pataras en terme de marine à voile, c'est un câble reliant la tête du mât à l’arrière d’un bateau. « Tiens bon matelot ! dit le commandant, choque le pataras, donne du mou et retiens la chatte, hisse et ho... » (termes de marine)  http://www.youtube.com/watch?v=SZiLKwTuvks. Ne voyant pas le rapport entre la marine à voile et Marsannay - excepté peut-être « la Côte » connotation bord de mer- j’ai creusé un peu plus loin.

Cela m’a conduit chez René Domergue, auteur de plusieurs ouvrages d’ethnographie, chroniqueur bien connu à radio France Gard-Lozère. Ses recherches portent sur le parler méridional et sur l'arrivée des gens du Nord et de l'Est dans les villages du Gard. Marsannay, c’est bien en Europe et au Nord du Gard, non ?

Selon cet éminent linguiste, un pataras, c’est un sale. « Regarde ce qu’il m’a fait, ce pataras, il a foutu de la soupe partout autour de son assiette ! ». Mais cela m’étonnerait fort que, devant un jambon persillé de Marsannay, les membres de la confrérie des « Gourmets de Marsannay » intronisés lors de chapitres comme les chevaliers du tastevin, et tous amateurs du bien boire et du bien-manger, mangent comme des cochons...

« Ah, ce paysan, ce qu’il laboure mal sa vigne, il fait un vrai travail de pataras ! » Il ne semble pas que  les vignes de Marsannay, soient si mal tenues vu les vins prestigieux qu’elles donnent. De plus, s’ils se battent pour obtenir l’appellation « premier cru », les vignerons d’Echezeau, de Champs-Perdrix et autre Clos-du-Roy ont plutôt intérêt à entretenir leurs vignes.

« Cet élève tient son cahier comme un pataras ! ». Ceci ne concerne pas que les garçons,  cela arrive aussi chez les filles. Ont dit alors que ce sont des patarasses ! Je n’ai pas enquêté auprès de l’école de Marsannay pour savoir s’il y avait des petits pataras, mais cela se saurait, forcément.

Bien qu'il  n’en n’existe pas de définition précise, le verbe patarasser existe !  http://leconjugueur.lefigaro.fr/conjugaison/verbe/patarasser.html

Une explication est rapportée enfin par un local dénommé Jean Bart . Cela viendrait de «pétard» ou « patar » et serait à interpréter dans le sens de « vantards ». Mais ne froissons pas la population locale... nous retournerons à Marsannay !

Voilà, vous n’êtes pas plus avancé !

La marche : http://www.visugpx.com/?valid=1387655424&pass=0b03a

L'apéro de fin d'année : foie gras en brioche à la figue, terrine de pâté, émietté de thon de la Belle Iloise, pain des vikings et à la farine de châtaignes, chardonnay blanc, cassis, gewurztraminer...JOYEUX NOEL à tous !