Ce matin il tombe des cordes et, pourtant, nous allons nous retrouver sur le parking de l’Observatoire des Hautes Plates, pour cette première marche de 2014.

observatoire3

A l’arrivée, la pluie s’estompe quelque peu et la « bétaillère » de Michel s’ouvre alors, laissant apparaître un troupeau de six marcheuses et marcheurs : Jean-Emmanuel, Laurence, Josiane, Agnès, Michel et un nouveau, Patrick, homonyme de notre Patrick national. Ils nous rejoignent, Odile, Jean-Pierre et moi.  

Vérifions tout d’abord si tout le monde a trouvé la solution de l’énigme que j’avais transmise. Sur le cadran solaire d’une façade de l’observatoire est bien inscrite cette phrase de Paul Valéry : « Le temps scintille, le songe est savoir ». C’est bien ici !...Ils sont trop forts, ces marcheurs...

Contrairement à la plupart des cadrans, celui-ci ne donne pas l’heure solaire mais l'heure en temps universel. En hiver il faut utiliser le cadran de gauche, et au printemps celui de droite. L’exercice pratique de lecture du cadran ce sera pour une autre fois, un jour de soleil.

Pour ceux qui veulent avoir la tête dans les étoiles, en plus de formations et conférences, la Société Astronomique de Bourgogne (SAB) ouvre ses portes au public, une fois par mois, pour lui faire observer Lune, Vénus, Saturne et autres nébuleuses, comètes et galaxies. Mais la SAB ne se prend pas toujours au sérieux, en témoigne la vidéo réalisée par l’un de ses membres, créateur de « Harlem Shake » : http://www.youtube.com/watch?v=adi494VMKhE

Après ce rapide cours d’astronomie pour les nuls, nous effectuons quelques échauffements, histoire de faire des incantations pour faire revenir le soleil en ouvrant les bras. Bon,  le soleil ne revient pas vraiment.  La prochaine fois, en plus, nous répéterons trois fois : « Je convoque le vent et la beauté, le soleil et la clarté, Que le vent chasse ces nuages et que le soleil éclaire nos visages...».

Direction Combes Morgemain, Megdit et parc à daims en Bessey. La marche sera soutenue, pratiquement sans arrêt, avec un tour bon train du parc à daim (sans voir les daims), une montée ardue vers le Fort de Motte Giron (sans voir le fort, dans la brume) et beaucoup de boue sur les pantalons.

La trace du jour donnée par le « cadran » numérique de Jean Manuel: http://www.visugpx.com/?i=1388845745