Patrick, Jean-Emmanuel, Odile, Michel sont au rendez-vous à l’Observatoire de la Combe à la Serpent, ce samedi matin.  Pas très original l’endroit, mais au moins sommes-nous sûrs de ne pas patauger dans la gadoue.

Après des échauffements très synchronisés avec un mémorable « lâcher de bâtons » et des exercices inspirés des majorettes, de la mobylette  et des romans de capes et d’épées, nous décidons de faire le parcours 12 km « Marche Bleue Nordique».

combeserpent250114

Au 10ème  siècle, selon la légende, le site de la Combe à la Serpent, alors couvert de forêts, était hanté par une  femme serpent, la « Vouivre », vivant au creux des rochers et se baignant dans le quartier tant apprécié par notre ami Patrick, de la Fontaine d'Ouche.

En Bourgogne, plusieurs récits racontés de bouche à oreille, parlent de la Vivre, ou la  Vouivre ou Guivre. L’une de ces créatures résidait au château des Gémeaux, une autre à Vitteaux une autre à Couches, une autre à Brétigny...

Dans le Mâconnais, cher à notre compère Michel, on parle de la « bête Faramine », vouivre « faramineuse » qui volait d'un coup d'aile de la Roche de Solutré jusqu'à Vergisson. Nous vérifierons ça lors de la prochaine journée marche nordique organisée par Ghyslaine, à Macon, à l’automne prochain.

A Couches on fait une fête médiévale de la Vivre qui se déroule... tous les vingt ans !  Rendez-vous en 2028, date de la prochaine session.

L’objectif fixé par Patrick pour la marche était ambitieux : « Désormais on fera du 9 et non du 8 ». « Oui, mais comment faire du neuf avec du vieux ?» se demande Jean Emmanuel. Ce dernier prendra le temps de faire une photo souvenir devant une belle cadole en cours de reconstruction. C’est sans doute pour cela que l’objectif ne sera pas atteint, aujourd’hui. Preuve aussi que l’on n’est pas encore (enfin pas tous) tout à fait prêts pour les prochains championnats du monde de marche nordique qui auront lieu à Mühlbauer Roding, en Allemagne, le 24 mai prochain.

Nous ne croiserons pas la Vouivre de la Fontaine d’Ouche, mais une courageuse troupe d’une vingtaine de marcheurs nordiques de « Saint Apo Détente ». Michel vient de se rendre compte qu’il a oublié d’aller à sa gym, jeudi, et Patrick commence à parler de troquer le pantalon contre le short (il faisait -2 degrés ce matin...). Trainant un peu la patte en fin du peloton,  je me suis souvenu tout à coup de cet extrait du « Serpent qui danse » de Baudelaire (en suivant Odile) :

« A te voir marcher en cadence,

            En fin de peloton,

On dirait un serpent qui danse

            Au bout d'un bâton »

(Pardon M. Baudelaire, j’ai un peu modifié)

La trace :  http://www.visugpx.com/?i=1390648599