Surprise, ce matin. Pendant que nous étions, Laurence, Patrick2, Josiane et moi,  en train de faire quelques échauffements, voici qu’arrive, dans un tee shirt bleu roi resplendissant,  tout sourire, notre médaillé des Championnats du Monde de Marche Nordique de Roding, Patrick.

Preuve qu’après avoir brillé aux championnats du monde, on n’oublie pas ses amis nordic walkers du dimanche (enfin du jeudi, aujourd’hui) qui ne jouent pas tout à fait dans la même cour que lui...

Laurence, elle, a ramené un beau hâle des iles des Embiez qu’elle va essayer de garder jusqu’à sa prochaine escapade.  Patrick2, a ramené ses bâtons raccourcis.  Finalement, ce matin, il testera  des bâtons prêtés par Laurence. Josiane, fidèle au poste, a ramené  sa toux qu’elle va essayer de laisser entre le Mémorial des Aviateurs et le Rucher. Pour ma part, j’ai ramené quelques kilos en trop que je vais essayer de perdre.

Nous allons nous attaquer aux combes Persil et à la Serpent. Mes collègues et moi, nous avons fait ce parcours moult fois mais on ne s’en lasse pas...

Patrick nous raconte comment un souffle nordique tricolore a marqué les esprits Outre Rhin, la semaine dernière,. Comment une organisation « Deutsch Qualitat » a été appréciée. Comment des concurrents de 

IMAG0068[1]tout âge (doyen de 76 ans et la doyenne 80 ans, respect !) ont cohabité...Comment les juges, situés tous les 100 m, ont félicité toute l’équipe « Nordic Walking Team France » pour sa technique (une seule pénalité). Comment cette épreuve était aussi un magnifique partage entre 20 nations présentes  et comment l’Allemand Mickael Epp a effectué les 21 km à plus de 10km/h de moyenne, le deuxième à 10 minutes derrière...   

Sûr que si Patrick avait vécu dans l'Antiquité, il aurait reçu comme récompense une couronne de lauriers accompagnée sans doute d’amphores d'huile et quelques cheptels de moutons. Mais nous sommes au 21ème siècle et sa médaille de bronze est...en plastique !

Nous voici de retour pour quelques étirements. Le « stick test » de Patrick2 est satisfaisant mais il verra au village de l’Euronordic, à Villar de Lans, comme Josiane s’il y a de beaux bâtons pas chers. Josiane n’a pas réussi à larguer sa toux aux abeilles du Rucher et mes kilos sont toujours là. Mais Laurence a conservé son hâle. 

La trace ICI :

...et le médaillé et quelques uns de ses supporters.

IMAG0070[1]