Le village de Flavignerot, où nous nous rendons ce matin, doit, parait-il, son appellation à un certain «Flavius» - « Le Blond » - un légionnaire romain démobilisé qui déboisa une clairière où il bâtit sa ferme. Je l’ai lu dans Astérix.

Jean Emmanuel, « Informatix », nous annonce la sortie par Microsoft d'une montre connectée veillant en permanece sur le rythme cardiaque. Patrick2, dit « Bâtonracourcix » teste encore les bâtons qu’il a raccourcis. Laurence, dite « Bonemine » a conservé son bon teint ramené de Bandol. Jean Pierre dit «Sandalix», assume les remarques de ses comparses concernant  ses chaussures percées par ses orteils. Josiane, « Toutatix » commence à venir à bout de sa toux, et votre serviteur, « Cassushumérus », continue sa rééducation. L'autre Patrick alias « Pierre de Coubertix », récemment couronné de lauriers chez les Goghs aux championnats du monde, travaille. Michel dit « Zérozérosix » (il aime bien se comparer à James Bond) et « Odilix » ont préféré les calanques du midi aux combes de chez nous. Quelle erreur !  

le-leuzeu brigitte

Il fait un temps splendide et le ciel ne risque pas de nous tomber sur la tête ce matin. Allez ! Après quelques échauffements de rigueur, nous voici sur les traces de nos vaillants gaulois qui ont combattu les Romains en direction des cols de la Mialle et du Leuzeu.

Après une  descente assez raide dans la combe de Notre Dame d’Etang, nous annonçant les montées à venir, nous croisons le mythique GR7 Vosges Pyrénées. L’ail des ours ici est en abondance. Je vous garantis que, pour l’apéro, de petites tartines grillées avec de l’ail des ours  et trempées d’huile d’olive, c’est un délice !

Peu après le col du Leuzeu, nous découvrons, perdue au milieu des bois, l’immense ferme du Leuzeu. Autrefois, c'était un grand manoir fortifié. Son relais de chasse  aurait connu, parait-il, quelques rendez-vous galants de Marguerite de Bourgogne... Quelques randonneurs, attablés à côté du petit ruisseau qui court entre les bâtiments, nous invitent à les rejoindre. Désolé, ce sera pour une autre fois.

Cette ferme est connue aussi pour une histoire remontant à la seconde guerre mondiale. En 1944 a lieu en effet la bataille du Leuzeu, où le maquis « Liberté » réussit à refouler la milice venue les arrêter. En juillet de cette année 2014, une commémoration de ces évènements aura lieu et une plaque sera apposée.

Nous rencontrons l’un des membres enthousiaste de l’association des « Amis du Val de Leuzeu » qui a entrepris la restauration de la ferme. Un travail gigantesque...Notre guide improvisé se propose de nous faire une visite guidée. Durée prévue : 1h45... Nous déclinons, compte tenu de notre programme. Le guide, passionné, nous fait tout de même visiter le « logis du randonneur », où un travail conséquent a été réalisé. Un poêle à bois est même prévu.

Nous repartons et le temps pris pour la visite ne nous permet plus de rejoindre ni la Thorpe ni Chamerey. Ce sera pour une autre fois et, de toute façon, nous avons eu notre compte de dénivelé. « Bâtonracourcix » nous montre qu’il a de la réserve sous le pied et qu’il est prêt pour « l’Euronordic » et « le Déboulé de la Bergamote » de Nancy. Dans ce coin qu’il connait bien, il nous met le feu.

Si Jean Pierre fait partie de la confrérie bien connue des RGO (Releveurs de Gros Orteils), Laurence prétend que nous sommes tous les six membres du club très fermé des TPG (Tout Pour la Gueule). C’est pourquoi nous hâtons le pas en remontant par le chemin près du  château pour déguster les cookies maison de mon épouse et le « Rooibos vahiné » de Josiane. Ce breuvage, rappelons-le, protège l’organisme contre le stress, le vieillissement cérébral, les troubles du sommeil, l'eczéma et même l'érythème fessier. Les étirements seront donc limités aux  muscles de l'articulation temporo-mandibulaire et aux muscles pronateurs et supinateurs du coude. La trace ICI. 

leuzeu310514cadreor