Pleinement satisfait de la première édition de l’Euronordic, je réitère l’opération cette année entre Corrençon en Vercors et Méaudre. Mon épouse et une amie, Nicole, m’accompagnent ainsi que Josiane et Patrick. 

Jeudi. Notre camp de base est à Autrans, en gite au centre du village.

Vendredi. Pour nous qui ne connaissons que les « Balcons du Suzon » et le modeste  « Mont Afrique », il convient de s’immerger rapidement dans ce monde de montagnards. Il faudra être en mesure de distinguer, avant dimanche, le cri de la marmotte de celui du grand tétras et de reconnaitre les empreintes du chamois de celles de la vache d’Abondance...

IMAG0122Pour cela, une marche s’impose avant le parcours officiel de l’Euronordic, dimanche. Nous voici donc partis pour une vingtaine de kilomètres avec un dénivelé de 750 m. Le temps est superbe et les sentiers de la  « GTV » (1) et du « T4M » (2) sont idéalement faits pour la marche nordique. Nous progressons parmi les gentianes bleues, les lourdes lauzes plates et les sources rafraichissantes. Le cri de la marmotte est entendu à plusieurs reprises avant d’arriver au Pas de Bellecombe et d’atteindre la crête de Chalande. Le panorama qui s’offre à nos yeux est magnifique : massif de la Chartreuse d’un côté, de Belledonne et d’Oisan de l’autre, sommets enneigés à 180 degrés.

Après un pique-nique où Nicole et mon épouse nous ont rejoints, nous poursuivons vers le gite de La Molière en quête d’une tarte aux myrtilles. Au péril de notre vie, nous traversons des pâturages au milieu de centaines de vaches portant des piercing (anneaux anti-tétée) dans les naseaux. Hélas pour nous, le gite est exceptionnellement fermé.

Patrick, Josiane et moi remontons vers Chalande. Après un court arrêt à « La Cascade »  nous rejoignons Autrans où nous attend le « Diner du Terroir ». Nous retrouvons le « pionnier » de la marche nordique Gérard Bernabé ainsi que Bernard, Richard et d’autres bellifontains, pour un repas typiquement montagnard. 

Samedi à Méaudre. Salon de la marche nordique, ateliers, conférences, rencontres, sont au programme. Tel Zébullon sur son ressort, je teste les bâtons « Bungypump ». Nous retrouvons Gérard Bernabé, Arja Jalkanen Meyer, Linda Lewis et Xavier Bastien,... Josiane craque pour des bâtons Hi-Tech et des chaussettes de la même couleur que son sac. Je me laisse tenter par des manchons de compression et des chaussettes anti-ampoules. Nous testons aussi les « lunettes à trous » mais il n’est pas conseillé de marcher avec ! Conversations animées avec Arja avant son passage à la télé, Xavier Bastien qui tente de me piéger sur les empreintes des animaux de montagne et la volubile Linda qui vient de terminer des échauffements appréciés du public.

Retour à Autrans pour acheter quelques produits du terroir  – fromage « ripioupiou » (3), bleu du Vercors, saucisson, ...–  et ne pas louper la « tortilla de patatas » de Nicole, spécialiste en la matière et le Monthélie 1er Cru « Les Vignes Rondes » que Jean-Pierre m’a recommandé.  

Dimanche, 6 heures du matin. La partie de cartes acharnée d’hier soir, le Coteau du Layon, la tortilla de Nicole et le Monthélie sont loin. Nous voici à Corrençon pour la marche de 23 km. Après les échauffements avec Jean Pierre Guilloteau, je réalise, dès les premiers kilomètres, que ce parcours ne sera pas aussi bien que celui que j’ai effectué l’an passé. La marche nordique est une activité « nature » qui se pratique sur des chemins de terre ou d’herbe. Mais les organisateurs de ce parcours n’ont rien trouvé mieux que de nous faire marcher sur des routes recouvertes à 80 % de bitume avec des voitures et inondées de soleil....C’est à croire qu’il n’y a pas de chemin de terre dans la région, pas de sentier de randonnée... Autour de nous, le mécontentement est général. Normands, Bretons, Toulonnais, Marseillais, Parisiens, Alsaciens... tout le monde crie à la trahison ! Il est inadmissible que, pour une telle manifestation, une erreur de ce genre ait été commise.

Evidemment que les médias - fortement représentés - tels que France Télévisions, feront l’éloge de la manifestation. Evidemment que pour « Lepape-info.com » ce sera un franc succès. « La France bat le record du monde du plus grand rassemblement de marche nordique » pourra-t-on lire dès lundi sur leur site... Evidemment que de nombreuses personnes, découvrant l’activité, seront enchantées. Evidemment que tout n’est pas négatif. Mais le parcours d’une marche nordique, c’est le point primordial, avec la sécurité. Et, pour la 23 km, c’est loupé !

Retour à Autrans la tête remplie de bitume et d’amertume ... Vite, oublions cette déception. Une bonne bière aux sept plantes du Vercors dans notre bar habituel viendra nous réconforter. Nous en profitons pour exposer nos griefs au patron qui est à la mairie et qui a bien compris la situation.

Pour nous remettre de nos déceptions, j'effectue avec Patrick – avant de gouter son rosé – une bouclette au-dessus des tremplins qui ont servi aux JO de 1968.

Une fois arrivés au-dessus des tribunes,

Je revois les Killy et Goitschel dans la brume.

J’oublie alors de cette journée le bitume

Et de nouveau le plaisir remplace l’amertume.

Allez, Mesdames et Messieurs les organisateurs de l’Euronordic vous ferez mieux pour la troisième édition. « Tout Schuss » ! Comme vous disiez en 68.

(1)   Grande Traversée du Vercors

(2)   Tour des 4 Montagnes

(3)   Fromage à pate molle et croute lavée avec une saumure d’eau, vin blanc et sel. 

IMAG0128

IMAG0190

IMAG0152

IMAG0126