Nous partons ce matin de Velars-sur-Ouche, pour une marche tranquille sous la haute protection de la madone de Notre Dame d’Etang. En pleine guerre de Cent Ans et selon la légende, un berger, intrigué par un bœuf qui broutait systématiquement au même endroit et par l'herbe qui repoussait chaque jour, creusa et trouva une statuette de la Vierge. Dès lors, des pouvoirs magiques furent attribués à cette statuette. Elle rendit même la vue, parait-il, à un jeune aveugle d’Urcy…. Des pèlerinages innombrables se mirent en place. Aujourd’hui encore quelques rendez-vous religieux subsistent.

A notre arrivée, quelques sympathiques Arroyotes (c’est ainsi que les habitants de Velars se nomment) nous font de grands bonjours. « Vous allez voir, ils vont nous inviter à prendre le café» annonce Paulo.

ouf1

La pente du GR7 est juste comme il faut pour finir les échauffements. La pluie et la neige sont annoncées pour les jours à venir, mais il fait encore très beau. Nous voici à un grand carrefour. On va à droite ou à gauche ? Mon GPS me dit à gauche. Christiane penche pour la droite. Je provoque : « Finalement, si on allait tout droit ? Allez, Suivez-moi! »  Bon, ça grimpe juste un peu plus… Mes coreligionnaires pensent à une blague, mais, il faut bien qu’ils se rendent à l’évidence : il est fou et déterminé le Serge, ce matin.

Cette côte,  je l’ai descendue cet été, après avoir échappé un bâton dans la pente. Je m’en suis vu pour rattraper mon bâton…. Et puis j’ai continué, souvent sur les fesses. On l’appelle « LA OUF » !

La « Ouf », elle n’est pas mentionnée sur les cartes IGN et encore moins sur les circuits de randonnées. Si vous voulez l’essayer, c’est juste en face de la Combe de Vic, pas mal non plus. Demandez donc à Jean Pierre, il s’en souvient bien. La « Ouf », vous comprendrez pourquoi on l’appelle ainsi une fois en haut.

Après cet exercice de renforcement musculaire improvisé, nous reprenons un parcours plus soft. Celui-ci nous mène au col de la Mialle puis à la Ferme du Leuzeu ou le silence du lieu est juste rompu par le bruissement du ruisseau qui fait tourner un petit moulin à eau destiné aux enfants. Un apiculteur solitaire s’affaire autour d’une ruche, parlant à voix basse à ses abeilles.

Prenons donc le Félix Batier, pour rentrer sur Velars. Cette  portion du parcours mythique est sans difficulté, à part un bon dénivelé, ce qui nous permettra de faire allègrement chauffer les bâtons.

Ainsi se termine « Velars sur Ouf » avec un bon parcours (13 km et 420 m de dénivelé) à refaire (sans la Ouf...) fait à près de 6 km/h de moyenne. Cependant, le café « Arroyote » n'était pas au rendez-vous à l'issue de notre marche. Il croit aux miracles de Notre Dame d'Etang, Paulo…