crepe

« Marcher à la Chandeleur, c’est bon pour les adducteurs ! » disait ma grand-mère. Mais quel est donc ce vent ravageur qui, sur une grande partie de nos marcheurs, a osé souffler avec impudeur? Soigneurs, masseurs, chiropracteurs et autres guérisseurs sont intervenus avec vigueur. Leur mission : des épaules, genoux, côtes, vertèbres et autre mollets de mes frères et sœurs éliminer raideurs et douleurs.

Je me demande si je ne devrais pas aller voir quelque mage exorciseur, pour arrêter ce vent saccageur. La « Vouivre » de la Combe à la Serpent, la « Dame Blanche » de Plombière, ou la madone de « Notre Dame d’Etang » seraient-elles de bon conseil ? A moins qu’en cette époque de la Chandeleur, je ne fasse sauter, défiant la pesanteur, quelques crêpes au beurre, la poêle dans la main droite et une pièce en or dans la main gauche (1) pour chasser ce méchant perturbateur.

Ce matin, les quelques rescapés – un voltigeur, un cheval léger plein d’ardeur et même une professeure - ont bien voulu de votre narrateur être l’accompagnateur du côté de la Combe Persil. Je n’ai pas fait sauter les crêpes mais j’en ai emmenées quelques-unes, que Dame Bernadette a préparées avec amour. Et, une fois n’est pas coutume, nous allons les déguster avant la marche, en attendant le « cheval léger ». Et elles sont fameuses, encore chaudes, je vous assure ! 

La Chandeleur n’a pas toujours été une fête chrétienne. A l'époque des Romains, c’était une fête pour célébrer le retour de la lumière et le début de la saison des amours chez les oiseaux. Allons donc rendre hommage au dieu romain de la fécondité, Lupercus Faunus, dit plus simplement « Pan ».

Effectivement, c’est le retour de la lumière, ce matin. Il fait frisquet mais le soleil commence à poindre le bout de son nez. Il va nous réchauffer. Il semble bien que l'hiver se meurt et ne prend point vigueur. La grive musicienne, la fauvette grise et le merle rieur vont nous encourager vivement. Nous prenons le circuit du Faucon pour rejoindre la Combe à la Serpent. En ce jour anniversaire de ma chute mémorable, l’an passé, je suis particulièrement vigilant, car certains passages sont glissants. Pas question de rejoindre mes valeureux collègues avec une nouvelle cheville tordue ou une fracture d’humérus.

« Ognon »,  « nénufar », « charriot »,  accent circonflexe, trait d’union, cédille, seront l’un de nos sujets de préoccupation ce matin. On vient en effet de nous annoncer une réforme de l’orthographe qui suscite bien des débats. Et oui, on est (parfois) sérieux parmi nos marcheurs…

Ah, j’oubliais : le gagnant des 17 millions d’euros de la cagnotte du Loto est l’un(e) d’entre nous. Mais je ne vous dirai pas qui c’est…Il va s’acheter une nouvelle paire de bâtons.

(1) une croyance dit qu’il faut faire sauter les crêpes à la Chandeleur en tenant une pièce de monnaie dans la main pour s’assurer chance et richesse toute l’année ou bien formuler un souhait qui se réalisera si la crêpe se retourne correctement dans la poêle.