Aujourd’hui jeudi 18 avril, Maxence nous a concocté une marche à la Combe à la Serpent, « entre cadoles et meurgets ». Le printemps est là et l’austère « dress code » hivernal a laissé la place à des tenues plus légères. Tee-shirt bleu azur, shorts rouge carotte et casquettes publicitaires vert émeraude sont de sortie.

Les vacances scolaires ont permis à Irène – qui ne sait pas si elle doit mettre une couche de plus ou en enlever - de rejoindre les habituels « machos » du jeudi, et ce qui fait que nous tendons vers la parité.

Grace aux coups de soleil qu’il a pris hier, le vaillant et fidèle coach Maxence, de l'ASPTT Dijon, sera bien en vue pendant tout le parcours ; pas de risque de se perdre donc…

La procession se dirige à fière allure vers le « Mémorial des Aviateurs » où un bombardier biplan, en bois entoilé, Super Goliath s’est écrasé en 1930. Une stèle a été édifiée et quelques débris de l’appareil sont encore visibles. 

Mais nous ne sommes qu’au début du parcours et, tel le frêle David affrontant ce baraqué de Goliath, chacun va continuer son combat épique contre lui-même, pour venir à bout de cette marche matinale.

Soudain, crevant le silence, un cri alarmant - venant du coach - retentit dans la combe : « chouette, chouette ! »… S’il s’agit bien de cet animal, synonyme, comme le sont corbeaux et chats noirs, de magie maléfique, accusé de boire le sang des enfants pendant la nuit, et qui, au Moyen Age, était cloué sur les portes pour conjurer le mauvais sort, bref, s’il s’agit de cet oiseau de mauvais présage, alors autant faire demi-tour… 

Mais, bravant mythes et superstitions, les héroïques marcheurs Epleumiens et leurs alliés, sans peur et sans reproche, s’engouffrent courageusement sur le « chemin des chouettes », bâtons en ordre de marche. On se dit qu’après tout, la chouette, à Dijon, est plutôt un porte-bonheur.... Et puis, n’est-elle pas, dans la Grèce antique, symbole de sagesse et d’intelligence, perchée sur le bras de la déesse Athéna ? Dans le « Feng-Shui » chinois, n’est-elle pas un symbole du « Yin », féminin lunaire représentant aussi sagesse, vigilance, clairvoyance … Bon, ça va bien mesdames ??

cadoleQuittant ce « chemin des chouettes », les vaillants « nordic walkers » du jeudi retrouvent le calme et rencontrent alors quelques anciennes cabanes  et vieux murets de pierres sèches,  les « cadoles » et les « meurgets ». Ces cadoles servaient surtout aux vignerons qui y trouvaient chaleur en hiver, fraicheur en été et refuge contre les intempéries. Elles auraient aussi abrité, selon certains historiens locaux, des rendez-vous galants et servi de refuge à des déserteurs, à des contrebandiers et à d’autres citoyens (dits les « cahuzac ») voulant échapper à l’impôt de la gabelle. 

Un petit tour par le célèbre « mur des abeilles » (le Rucher)  s’impose naturellement, malgré les réticences du coach. L’ascension n’est pas aussi dure que pour les « Cents Marches » de ce grognard Naisot de Fixey mais on commence à tirer la langue, d’autant que d’autres marches nous attendent encore pour terminer le parcours et remonter enfin près de l’Observatoire des Hautes Plates.

Maxence a repéré des bancs de coach sur le parcours, donc nous reviendrons.

La trace : http://www.visugpx.com/?valid=1366305360&pass=1135e

A samedi prochain, à Fixey ou Plombière.