Aujourd’hui, 6 juin 2015, dans l’Yonne, c’est le « jour J »  à Villechétive. L’Ufolep y organise une journée marche nordique avec des parcours vert, bleu et rouge, des stands « formes » et une conférence animée par Arja Jalkanen Meyer.

En fin de matinée, un commando dijonnais débarque donc devant la briquèterie de Villechétive, magnifique séchoir à briques restauré récemment, bien décidé à conquérir ce territoire sénonais.

Pantalons à jambes longues, vêtements chauds et capuches étaient « très fortement recommandés » par l’Ufolep ainsi que couteau de poche, boussole et cartes IGN. Un vrai paquetage de fantassin !  Notre commando a opté pour un barda plus léger, laissant de côté tenues de camouflage et accessoires de survie afin de privilégier la mobilité opérationnelle.

Vite, allons rendre visite au célèbre « Arbre de la Liberté » (1) et repérer l’unique café du village. On s’active pour le montage des stands, où Paulo, adhérent Ufolep, était convié à partir de 6 heures du matin.... Nous croisons Charly, l’organisateur de la Nordic et qui nous explique que des bénévoles sont partis, dans l’urgence, remettre en place les balises déplacées dans la nuit par des plaisantins.

Avant de prendre part aux hostilités, il convient de faire le plein de glycogène. Pendant que Patrick, sérieux, se contente de rations de gâteau de l’effort,  les autres morfalous se régalent les papilles avec des billes de melon, une incontournable salade de pâtes, thon, olives, tomates, maïs et un délicieux flan aux pommes de Jeb. Allez, un petit un kawa au café repéré ce matin et on se rapproche du champ de bataille. Mais que se passe-t-il ? Volia le cafetier qui nous court après ! Ben non, les cafés ne sont pas compris dans l'inscription...

IMG_20150606_110154[1]

L’heure approche et la tension monte. La montre connectée « Fitbit » de Jean-Emmanuel se met à vibrer, détectant  une accélération soudaine du rythme cardiaque du commando tout entier. Patrick, toujours en tongues, n’en finit pas de se préparer, fidèle à lui-même. Paulo remplit soigneusement son « Camelback » tout neuf. C’est qu’il va faire chaud, aujourd’hui dans le Sénonais.

Tiens, savez-vous quelle est l’origine du « Camelback »? La réponse est ici.

Arja nous fait une série d’échauffements dont elle a parfaitement la maitrise et nous voilà partis. Les « Costauds » - Patrick, Jean-Emmanuel et Paulo -  sont dans la première vague d’assaut, (22 km).  Je suis dans la deuxième vague (14 km) et mon épouse dans la troisième (7 km). Le commando est organisé. 

Je chemine longuement avec un Africain qui a suivi à la lettre les recommandations vestimentaires de l’Ufolep, et qui ne semble pas en souffrir, alors que je sue comme un bœuf, malgré mon équipement léger de voltigeur.

L’organisation d’une marche nordique dans ce petit village du Sénonais ne semble pas du goût de tout le monde. En effet, après seulement quelques kilomètres, des individus sans scrupule ont, à nouveau, saboté le balisage, semant la panique parmi les marcheurs et les organisateurs. Bah...pas de souci me dis-je, le tirailleur sénégalais doit bien avoir une boussole et des cartes IGN de la région dans son sac, réalisant que j’ai laissé mon portable (sur lequel j’avais téléchargé le parcours !) à la voiture...

Après un long calvaire sur le bitume en fusion, un ravitaillement est le bienvenu. Un correspondant de guerre de « l’Yonne Républicaine » est là, avec son Nikon, se lamentant ne pas avoir pu prendre des photos des combattant en pleine action. Il est perdu, lui aussi...

Je repars et je suis tout à coup surpris de me trouver face à face avec un Charly qui tente de rattraper ses marcheurs, dispersés dans la nature.  En bon commandant en chef et en tacticien averti, il sort son « plan B » de parcours de substitution et nous remet en ordre de marche. La  stratégie des saboteurs, qui voulaient faire échouer cette manifestation, est donc déjouée. Bravo Charly !

Retour à la Briqueterie pour une séance d’indispensables étirements avec Arja et pour assister à sa conférence. Des petits bavards au fond de la salle de la briqueterie ont droit aux gros yeux d’Arja... Il me semble bien reconnaître la voix de l’ami Patrick, en grande discussion avec Christian de VGA St Maur. Bon, je ne dénonce pas...Arja fait une dithyrambique apologie de la marche nordique, en dresse l'historique et donne des conseils avisés. La franco-finlandaise évoque une activité en Finlande aussi populaire que les championnats du monde de « lancer de téléphone portable » ou de « porté de bobonne »... 

Le bilan:

-        Certes, les organisateurs ont été un peu dépassés par les évènements et obligés d’improviser. Certes, la marche de 22 km chrono s’est limitée à 8,6 km et celle de 14 km a été modifiée. Certes, il y avait pas mal de bitume. Certes,  il y avait un marcheur faisant partie de l’Ufolep, pas vraiment dans l’allure marcheur nordique.

-        Mais....Ces mêmes organisateurs étaient très sympathiques. Les échauffements et étirements étaient très « pro ». La tarte aux framboises de Paulo était trop géniale, le cidre du Pays d’Othe, si frais et si gouleyant. La conf d’Arja était très intéressante (même pour les bavards...). De plus, la chance était avec nous pour la tombola puisque deux d’entre nous ont gagné des lots !

(1)     Un Chêne de la Liberté fut planté en 1792 à Villechétive. Après avoir subi l'outrage des ans, il fut abattu en 1953. Un thuya le remplaça mais ce dernier ne résista pas à la tempête de décembre 1999. En 2001, un jeune chêne a été juste à côté de son ancêtre.